Fesses de marque

Un article de collabcubed.com proposait le travail d’un artiste, Gabriele Basilico, un photographe italien qui a commencé son travail dans les années 70.

L’article présente un travail sur les chaises et un corps humain nu, et la relation et l’impression que l’un peu faire sur l’autre.

 » Thinking through the images about the relationship between the object-chair and the human body it came to my mind the funny and grotesque image that the hard summer chairs left in the naked bodies of the swimmers. It is a real negative “by contact”. A provisional relief tattoo which is printed on the body aesthetically developing the original surface of the contact. « 


Son travail n’est pas s’en rappeler une campagne récente dont on a parlé dans l’article « Mater des culs peut rapporter gros »

Ce n’est bien évidemment pas que la publicité s’inspirerait de l’art, on note actuellement les campagnes pour la marque Monoprix ayant repris les soupes de Wharol, lui-même s’étant inspiré du marché de la consommation. Un serpent qui se mord la queue ? L’avenir nous le dira !
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s